La maîtresse de la mort

Icon Baobab App

Règles du prêt

  • Durée de la licence :

    2190 Jours

  • Nombre de prêts :

    30 (0.93 € par prêt)

  • Prêt(s) simultané(s) :

    10

  • Durée maximale d'un prêt :

    59 Jours

  • Renouvellement :

    1

Streaming

  • Nombre d'utilisateurs simultanés :

    30

Protection

  • Type de protection :

    LCP

  • Type de protection :

    DRM Adobe ASCM

  • Nombre de périphériques :

    6

  • Copier/Coller :

    Interdit

  • Impression :

    Interdit

En savoir plus

À propos

Alors qu'une enquête l'entraîne dans les bas-fonds de Moscou, Eraste Fandorine doit résoudre simultanément le mystère d'une série de suicides qui endeuille la ville. Toutes les victimes semblent avoir fréquenté un cercle de poètes s'affirmant " Amants de la Mort "...
Avec L'Amant de la Mort, son livre-compagnon, La Maîtresse de la Mort est l'aboutissement d'une expérience littéraire inédite. " Quoique absolument distincts, ces deux romans créent, ensemble, un effet stéréo que seul le lecteur qui les lira tous les deux, dans l'ordre qu'il souhaite, entendra ", indique l'auteur. Ces deux enquêtes en miroir, double reflet de la Russie au début du XXe siècle, confirment en tout cas que Boris Akounine est bien le maître incontesté de la littérature russe contemporaine.


  • Auteur(s)

    Boris Akounine

  • Éditeur

    Presses de la Cité

  • Distributeur

    ePagine

  • Date de parution

    07/11/2013

  • EAN

    9782258169111

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    263 Pages

  • Poids

    2 805 Ko

  • Diffuseur

    Editis-Interforum

  • Entrepôt

    Dilicom

  • Support principal

    ebook (ePub)

  • Version ePub

    2.0.1

Navigation

Table des matières adaptable Un sommaire est présent dans le contenu du livre, ce qui permet de l'utiliser avec un affichage adapté.

Boris Akounine

Boris Akounine, de son vrai nom Grigori Tchkhartichvili, né d'un père géorgien, vit et travaille à Moscou. Son pseudonyme vient du mot japonais akunin, qui signifie bandit, ou mauvais garçon. Après des études d'orientaliste, Akounine devient traducteur littéraire, notamment du japonais, essayiste (L'Écrivain et le suicide, paru en 1999), et romancier. Il a dirigé la prestigieuse revue littéraire Innostrannaïa literatoura de 1993 à 2000, date à laquelle le succès de ses romans le pousse à quitter la revue.
Grande star de la littérature policière, auteur des séries « Eraste Fandorine » et « S½ur Pélagie », rrécompensé par d'innombrables prix, lu dans le monde entier, Boris Akounine est également une des figures de proue de l'opposition à Poutine.

empty