La Discorde

La Discorde

Icon Baobab App

À propos

« Si l'on se mettait à rechercher une ressemblance entre les peuples, on la trouverait avant tout dans leurs erreurs. » Ismail Kadaré, en évoquant entre autres les erreurs de son propre pays, passe en revue la symbolique de l'Albanie qui, soumis au joug ottoman pendant un demi-millénaire, a connu au XXe siècle successivement la république, la monarchie, l'invasion hitléro-mussolinienne, le communisme stalinien puis maoïste, enfin un retour à une démocratie brouillonne, tout en battant la semelle aux portes d'une Europe qui la fait lanterner. Ces symboles sont l'hymne et le drapeau, le premier non exempt d'arrogance vis-à-vis du reste du monde, le second ambigu avec son aigle à deux têtes figurant une nation divisée et un peuple en douloureuse discorde. S'y ajoute le père fondateur, Georges Kastriote Skanderbeg, lequel, trente ans durant, se battit pour contenir le déferlement ottoman qui atteignit jusqu'aux portes de Vienne, et prôna jusqu'au bout - comme le fait avec ardeur Kadaré aujourd'hui - le retour de la petite Albanie dans le giron du continent-souche, l'Europe.

Règles du prêt

  • Durée de la licence :

    illimitée

  • Nombre de prêts :

    illimité

  • Prêt(s) simultané(s) :

    1

  • Durée maximale d'un prêt :

    12 Mois

  • Renouvellement :

    1

Protection

  • Type de protection :

    LCP

  • Type de protection :

    DRM Adobe ASCM

  • Nombre de périphériques :

    6

  • Copier/Coller :

    Interdit

  • Impression :

    Interdit

savoir_plus

Rayons : Sciences humaines & sociales > Histoire > Epoque contemporaine (depuis 1799)

  • EAN

    3663608143899

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    376 Pages

  • Poids

    676 Ko

  • Distributeur

    Numilog

  • Diffuseur

    Numilog

  • Entrepôt

    Dilicom

  • Support principal

    ebook (ePub)

Ismaïl Kadaré

Ismail Kadaré est né en 1936 à Gjirokastër, dans le sud de l'Albanie. En 1960, alors qu'il étudie les lettres à Moscou, la rupture avec
l'Union soviétique l'oblige à revenir à Tirana, où il entame une carrière de journaliste. En 1963, la publication de son premier roman, Le
Général de l'armée morte, lui apporte la renommée, d'abord en Albanie, puis à l'étranger. Depuis, son œuvre, composée de romans, de
nouvelles, d'essais, de poésies et de pièces de théâtre a été traduite dans plus de trente langues. Prix mondial Cino del Duca en 1992 et
en 2005, lauréat du premier prix Man Booker International et du prix Prince des Asturies des Lettres 2009, il est considéré comme l'un
des plus grands écrivains contemporains, régulièrement cité pour le Nobel de littérature.

empty